L’absentéisme au travail : entre congés maladie et santé mentale

L’absentéisme en France est depuis quelques mois à la une des journaux : les Français y étant qualifiés de « champions de l’absentéisme ». Seton, avec l’aide de l’institut de sondage OnePoll, a décidé de lancer une nouvelle enquête pour en apprendre davantage.

L’enquête s’est portée sur les raisons pour lesquelles certains employés décident de ne pas se rendre au travail : 1000 salariés à plein temps ont ainsi été sondés au mois d’octobre 2018 au sujet de leurs jours de congés maladie, de leur santé physique et mentale mais également des petits mensonges qu’ils racontent à leurs responsables s’ils restent chez eux.

Les « faux » congés maladie

Selon l’étude, il semble clair que les Français sont encore confus sur les tenants et les aboutissants des congés maladie puisqu’un tiers des salariés de l’Hexagone ne savent pas à combien de jours d’absence ils ont droit dans leur entreprise.

Au cours des 12 derniers mois, les Français ont manqué 4,5 jours de travail en moyenne (sans compter les vacances). Les plus jeunes (18-24 ans) sont ceux qui ont pris le plus de jours d’absence : 6,5 jours en moyenne. Plus les tranches d’âge augmentent, moins les employés sont absents. La vieillesse assagit.

Quant à la hiérarchie, les PDG et cadres de direction sont ceux qui ont pris le plus de congés non-autorisés : en moyenne 6,4 jours pour les PDG et 5,3 pour les cadres.

Ce n’est pas beau de mentir… et pourtant, plus d’un Français sur 5 a déjà menti et pris un jour de congé alors qu’il se sentait suffisamment bien pour aller travailler. Une autre statistique intéressante est celle que plus d’hommes que de femmes ont menti quant à leur état (24 % d’hommes par rapport à 19 % de femmes).

Vous trouverez ci-dessous les excuses les plus fréquentes. A noter que les hommes sont plus nombreux à utiliser l’excuse de l’ « urgence familiale » que les femmes.

Les excuses pour ne pas aller travailler

Alors qu’est-ce qui pousse les Français à abandonner le navire pour quelques jours et à préférer rester chez soi plutôt que d’aller au travail et être payé ?

7 raisons pour ne pas aller travailler

Travailler en étant malade

Et si on renversait le problème ? Peut-être que la vraie question est de savoir pourquoi les Français travaillent quand même sans être au mieux de leur forme ? Car 93,5 % des salariés en France ont déjà été travailler en étant malade. Et les femmes sont sans conteste plus dures au mal que les hommes (95 % d’entre elles travaillent avec des douleurs contre 92 % d’hommes).

5 raisons pour aller travailler en étant malade

Parmi les raisons qui inquiètent, il est préoccupant de voir que plus d’hommes que de femmes ont peur de se faire réprimander par leur patron et de se faire mal voir par leurs collègues s’ils prennent un jour de congé maladie. Cela semble dire beaucoup au sujet des relations entre employés et supérieurs.

Si l’on compare les sexes, ce sont les femmes plus que les hommes qui se sentent coupables de ne pas aller travailler même si leur état de santé n’est pas optimal.

Certains problèmes apparaissent lorsqu’on travaille en étant malade : Plus d’un Français sur deux ont vu leurs symptômes empirer et leur santé et sécurité mises en danger quand ils sont partis travailler malades. Et 71,4 % disent ne pas avoir pu donner le meilleur d’eux-mêmes lorsqu’ils sont allés travailler en étant malade.

L’une des données les plus consternantes est la suivante : presque 40 % des salariés réalisent des tâches en lien avec le travail (emails et autres) lorsqu’ils sont en congés maladie et 26 % des managers attendent que leurs employés réalisent des tâches de routine lorsqu’ils sont en congés maladie.

La santé mentale

La santé mentale est de plus en plus présente dans les mœurs, elle est fréquemment mentionnée à la télévision, au travail, dans des articles. Et pourtant, d’après les résultats du sondage, elle est encore taboue : les jours de congé maladie pour des problèmes physiques plutôt que mentaux concernent plus d’un français sur deux.

Et 48 % des Français auraient tendance à dire qu’ils ont un problème physique plutôt que dire la vérité s’ils prenaient un jour de congé maladie pour des raisons de santé mentale.

Il reste encore un long chemin à faire dans le domaine de la santé mentale et au sujet des congés maladie en général. Peut-être que la solution se trouve dans davantage d’écoute de la part des supérieurs ? La fatigue et le stress étant les facteurs principaux qui poussent les Français à faire « une pause », prêter une oreille attentive à ses employés et déstigmatiser la santé mentale devraient être un bon début.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *